COMMENT ISOLER MES COMBLES ?

Les informations utiles avant d'isoler ses combles

Une habitation pour être confortable et performante en termes de consommations d’énergie, doit être isolée de façon homogène et adaptée à ses caractéristiques techniques. Le terme d’enveloppe revient souvent lorsqu’on parle d’isolation thermique. On peut définir l’enveloppe d’un bâtiment comme l’élément de construction qui sépare le volume chauffé de l’environnement extérieur. Elle se compose des façades (murs et fenêtres), de la toiture, des dalles et des murs du sous-sol. Les performances de l’isolation thermique de cette enveloppe permettront de conserver la fraîcheur en été et la chaleur en hiver. Une bonne isolation rend le bâtiment étanche à la chaleur, mais aussi à l’humidité : il faut tenir compte de la ventilation pour ne pas dégrader le logement. Différentes solutions peuvent être envisagées en fonction du type d’isolation mis en place.


Comme le présentent les schémas ci-dessus, il est nécessaire d’isoler sa maison. Les déperditions de chaleur dues à la toiture du bâtiment représentent plus de 30% des pertes de chauffage, il s’agit donc d’une des cibles prioritaires à envisager lors de travaux d’isolation. La chaleur générée dans une maison a tendance à monter, et à s’accumuler au niveau de la toiture. C’est donc au niveau des combles que la différence de température va être la plus forte avec l’extérieur, et où la déperdition de chaleur sera la plus importante. Pour une maison mal isolée qui perd près d’un tiers de sa chaleur par le toit, isoler ses combles peut faire économiser jusqu’à 20% de la facture de chauffage !
Isoler ses combles ou sa toiture est donc la première étape du processus d’économie d’énergie d’une maison.


Comment isoler mes combles : critères et points à respecter

Afin de bénéficier de la majorité des aides liées aux Certificats d'Économie d'Energie (CEE). Dans le cadre de la loi Transition Énergétique pour la croissance verte et des tarifs privilégié proposés par Mes Combles Gratuits, vous devez répondre à plusieurs critères.Tout d'abord, le batiment concerné doit avoir plus de deux ans d'existence. Vous devrez également faire appel à un professionnel labellisé
Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) pour réaliser votre chantier d’isolation. Tous les professionnels partenaires de Mes combles Gratuits sont labellisés RGE. C’est l’installateur qui doit certifier que la quantité d’isolant déposée permet d’atteindre la résistance thermique R requise. Il est également nécessaire que le matériau choisi bénéficie d’une certification qui atteste ses qualités techniques, voir logos ci-dessous.



• Les produits certifiés sont reconnaissables par l’apposition de la marque sur les emballages. Les documentations des fabricants reprennent ces éléments et les explicitent pour offrir à l’utilisateur toutes les informations nécessaires pour un choix adapté à leurs besoins.
• La certification ACERMI des isolants complète le marquage CE de ces produits qui est obligatoire depuis mars 2003. Toutes les caractéristiques déclarées sont certifiées : il s’agit à minima de la résistance thermique avec la conductivité thermique, du comportement à l’eau, du comportement mécanique (et, selon les cas, de la réaction au feu). Pour choisir le produit isolant selon son application dans l’ouvrage, la certification ACERMI comporte les niveaux de caractéristiques selon les normes européennes ou selon le classement ISOLE qui donne l’aptitude à l’emploi du produit.



Le coefficient de conductivité thermique λ (lambda) qui exprime sa faculté à conduire la chaleur. Plus λ est petit, plus le matériau est isolant (les matériaux isolants courants ont des λ compris entre 0,035 et 0,050),
La résistance thermique R. Exprimée en m².K / W, elle s’obtient par le rapport de l’épaisseur (en mètres) sur la conductivité thermique λ du matériau considéré. La résistance thermique d’un matériau isolant est d’autant plus élevée que son épaisseur est grande et que son coefficient de conductivité (lambda) est faible. Pour une épaisseur donnée, plus R est grande, plus la paroi est isolante. Pour choisir un produit isolant, consultez l’étiquette du produit sur laquelle figure sa résistance thermique R.


MES COMBLES GRATUITS

ISOLER VOS COMBLES

0€*/m2

100% subventionné

Sous conditions de revenus

Je fais le test

11€*/m2

Prix maximum

Sans conditions de revenus

J'en profite

Les idées reçues sur l'isolation


FAUX : Le principe de l’isolation thermique est d’étanchéifier aux transferts thermiques intérieurs ou extérieurs. C'est-à-dire que l’isolation des combles garde la chaleur en hiver et l’empêche d’entrer en été pour un meilleur confort de vie.

FAUX : L’épaisseur d’un mur ne constitue en aucun cas un indicateur pertinent vis-à-vis de l’isolation, leur rôle premier n’étant pas d’isoler. En effet, un mur de 50cm est moins isolant que 10cm de matériau d’isolation performant. En revanche des murs épais vont assurer une bonne inertie thermique à l’habitation ; la maison restera fraiche plus longtemps en été et inversement en hiver

FAUX : Les produits servant de liant entre les fibres de certains matériaux isolants pouvaient être autrefois être nocifs. Aujourd’hui beaucoup d’isolants naturels se sont développés. Afin de se renseigner sur les qualités écologiques des isolants il est intéressant de connaître « l’énergie grise* » des matériaux, de savoir si les matières premières sont d’origine renouvelable et de savoir comment est gérée la production de ces matières premières.

L’énergie grise, exprimée en kWh/m3, correspond à l’énergie nécessaire à la production, la transformation, la distribution, l’usage et la fin de vie du produit. Les matériaux isolants d’origine renouvelable, tel que la cellulose ou les fibres textiles, sont donc mieux classés que le polystyrène par exemple. En effet les matières premières de ces isolants sont renouvelables. De plus ils ne nécessitent pas beaucoup d’énergie lors de leur transformation.

FAUX : La densité d'un matériau reflète la quantité de matière (le poids) par unité de volume. Pour un même volume occupé, un isolant plus dense pèsera donc plus lourd.
Ce paramètre n'est pas révélateur d'une bonne performance thermique de l'isolant. En effet, la chaleur se transmet notamment par conduction au sein de la matière (comme le fait un manche de casserole qui chauffe lorsque la casserole est sur le feu), et la perte de chaleur par conduction sera donc aggravée lorsque l'isolant est plus dense.
Le principe des matériaux isolants est plutôt l'inverse : emprisonner au sein du matériaux un nombre important de cavités remplies d'air, qui forment une excellente barrière à la transmission de la chaleur. C'est d'ailleurs ce même principe qui est utilisé pour les couettes en plumes. Une isolation réalisée en laine minérale a donc une densité faible, mais est thermiquement efficace !
Le critère le plus important lorsque l'on parle de transfert de chaleur est la conductivité thermique. Plus la conductivité est faible, et plus le matériau offre une bonne résistance thermique en s'opposant à la fuite de chaleur.


Le point sur les matériaux pour isoler sa toiture

Le tableau ci-dessous vous présente les différents types d’équipements pouvant être utilisés pour vos travaux d’isolation de toiture

 

Types d’isolation Conductivité (en W/m.°C) Conditionnement Energie grise (en kWh/m3) Prix (€/m²)
Laine minérale, laine de roche, laine de verre Laine de verre, isoler mes combles 0,039 Rouleaux, panneaux et vrac 150 à 225 2 à 12
Polystyrène expansé Polystyrène expansé, isoler mes combles 0,035 Panneaux 450 4 à 12
Polystyrène extrudé Polystyrène extrudé, isoler mes combles 0,028 Panneaux 850 20 à 25
Polyuréthane Polyuréthane, isoler mes combles 0,04 Panneaux NC NC
Chanvre Chanvre, comment isoler mes combles 0,039 Rouleaux, panneaux et vrac 30 10 à 20
Cellulose Cellulose, isoler mes combles 0,039 Panneaux et vrac 6 25
Liège expansé Liège expansé, isoler mes combles 0,042 Panneaux 85 10
Fibre de bois souple Fibre de bois souple, isoler mes combles 0,04 à 0,05 Panneaux 100 à 800 12 à 28
Fibre textile Fibre textile, isoler mes combles 0,039 Rouleaux et panneaux 18 11 à 38

 

MES COMBLES GRATUITS

ISOLER VOS COMBLES

0€*/m2

100% subventionné

Sous conditions de revenus

Je fais le test

11€*/m2

Prix maximum

Sans conditions de revenus

J'en profite

Les différentes techniques d’isolation des combles

En fonction de l’utilisation actuelle de vos combles ou à venir (dans le cadre de projet d’aménagement notamment), plusieurs techniques d’isolations existent.


Les combles perdus

Les combles perdus sont des combles non habitables dus à une hauteur libre moyenne trop faible ou à des bois de charpente trop encombrant ne permettant pas la viabilité de l’espace. Ces combles peuvent représenter une superficie importante du logement, notamment dans le cas où les combles perdus s’étaleraient sur la majorité de la surface de l’habitat. Ils peuvent être alors comme la toiture, responsable d’une grande partie de la déperdition énergétique jusqu’à 30% !
Pour réduire sa facture énergétique et son empreinte écologique, isoler ses combles perdus grâce à des méthodes rapides, efficaces et bon marché s’impose.
Il existe plusieurs méthodes efficaces pour isoler ses combles perdus : au niveau du plancher du grenier, en déroulant sur le sol le matériau isolant ou en mettant en œuvre une technique dite du « soufflage ».


La technique du soufflage pour les combles perdus

La répartition d’isolants par la technique du soufflage consiste à souffler un isolant qui se présente sous forme de « flocon » dans les combles perdus - sous les toits d’une habitation. Ces flocons peuvent être constitués à partir de différents isolants. La ouate de cellulose ou la laine sont les plus courants. Ces isolants répondent aux critères de performance thermique ainsi qu’aux normes anti-incendie. L’isolation des combles par soufflage est la technique préconisée par Mes combles Gratuits : performante et rapide, elle peut être réalisée dans tous les types de combles. Cela concerne même ceux qui ne sont pas accessibles. Dans ces cas-là, une trappe d’accès sera créée pour permettre à l’artisan de souffler le matériel.


Soufflage Isolation Combles Perdus

MesComblesGratuits.fr vous explique ci-après toutes les étapes de l’isolation de vos combles perdus par soufflage.


La laine isolante sera posée sur le sol des combles. Il faut donc que celui-ci soit en bon état. Il faut notamment que le sol des combles à isoler ne présente pas de traces d’humidité. Le sol doit également s’avérer étanche à l’air. Si des ouvertures destinées à l’aération ou la ventilation des combles sont présentes, il faudra installer des déflecteurs. Ces déflecteurs éviteront que l’isolant ne bouge. De plus, si des spots lumineux sont installés dans les combles, ceux-ci devront faire l’objet d’une protection adaptée. Enfin, si les combles ne comportent pas de plancher, la laine sera soufflée entre les « solives ». Les solives sont des éléments de charpente qui portent les murs à la place des planchers dans les combles.

Après avoir vérifié ces éléments, l’artisan RGE en charge d’isoler les combles mettra en place des piges graduées ou « réglettes » afin d’évaluer l’épaisseur de l’isolant soufflé dans les combles. L’épaisseur de l’isolant permettra d’obtenir la résistance thermique souhaitée pour une isolation optimale. Dans le cas des combles perdus, les équipements devront présenter une résistance R ≥ 7 m²K/W. Ce critère a été défini dans le cadre de la Loi pour la Transition Énergétique et garantit l’efficacité de l’isolation. Ces critères de performance permettent également de bénéficier du CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) et des primes CEE. Ce sont ces deux mécanismes mis en place par le Ministère qui permettent la gratuité ou les tarifs exceptionnels proposés dans l’offre Mes combles Gratuits. Pour obtenir cette résistance thermique, l’épaisseur de l’isolant devra souvent être d’un minimum de 32 cm. Si un isolant est déjà en place mais obsolète, alors la laine soufflée par-dessus devra faire 32 cm d’épaisseur – et non 32 cm en tout.

Après avoir mis en place les réglettes, l’artisan RGE installera la machine à souffler. Cette machine sera positionnée non-loin de l’accès aux combles (trappe, fenêtre ou porte) afin de faciliter la procédure. Un tuyau d’aspiration est alors relié au tuyau d’entrée de la machine, et un tuyau de soufflage est joint au tuyau de sortie. Afin d’éviter que la laine ne fuie et pour assurer la bonne tenue des tuyaux, des attaches sont fixées dessus.

L’artisan s’occupe ensuite de la laine à souffler. Celle-ci est répartie dans plusieurs sacs. Ces emballages indiquent le poids d’isolant qu’ils contiennent. Il lui faudra souffler environ 4 kg de laine par mètre carré à isoler afin d’obtenir l’épaisseur et, donc, la résistance thermique souhaitée. Ainsi, pour isoler des combles perdus de 100 mètres carrés, il faudra souffler le volume contenu dans 20 sacs de laine. Dans les sacs, la laine est compactée. Pour que celle-ci puisse être soufflée, l’artisan la cassera et l’émiettera au préalable. Un artisan sera chargé d’approvisionner la machine en laine en fonction de la surface à isoler et de l’épaisseur souhaitée ainsi que de surveiller l’alimentation de la machine à souffler.

Une fois ces préparatifs achevés, l’artisan branche la machine à souffler. Le tuyau de soufflage est alors inséré à travers l’accès aux combles (trappe, porte, fenêtre). Il est placé du côté opposé à l’accès pour souffler au fur-et-à-mesure. Il ne faudra en effet plus se déplacer dans les combles une fois l’isolant soufflé – pour rappel, la laine est posée au sol. C’est un artisan RGE différent de celui qui gère la machine qui manipulera le tuyau à souffler. L’artisan en charge de la machine à souffler l’approvisionne de manière continue et régulière en laine. C’est une buse qui aspire la laine pour l’envoyer dans le tuyau.

La laine est alors soufflée « en vrac » sur le plancher des combles. L’artisan maintient le tuyau de soufflage de façon horizontale. Il positionne le tuyau à 1 mètre de haut. Cela permet au jet de laine à souffler de mesurer autour de 2 mètres. Si le jet de laine est trop puissant, l’artisan peut le réduire simplement, en positionnant sa main en déflecteur au-dessus du tuyau de soufflage. L’artisan doit être vigilant afin de ne pas obturer les espaces de ventilation.

La laine est alors projetée soit à-même le sol, soit entre les solives le cas échéant. L’espace entre celles-ci doit être rempli. La laine doit être uniformément soufflée. Cela permet d’obtenir une couche régulière de laine isolante et donc d’isoler les combles au mieux. S’il ne faut pas manquer de laine pour obtenir la résistance thermique désirée, l’artisan doit également prêter attention à ne pas tasser l’isolant. Le tassement viendrait en effet compromettre l’efficacité de l’isolation. De même, il faut vérifier au fur et à mesure la régularité du soufflage et l’atteinte du niveau d’épaisseur souhaité. On ne peut en effet se déplacer sur une zone déjà isolée par soufflage. Si la couche de laine n’est pas uniforme, l’artisan peut y remédier et réguler le niveau en soufflant avec le tuyau de l’air sans laine. L’artisan procède au soufflage de la laine jusqu’à atteindre l’épaisseur et la résistance thermique souhaitée. Cela est indiqué par les réglettes (ou piges). Une fois les zones soufflées, il ne faut plus marcher dessus.

Une fois l’intégralité du plancher des combles perdus isolé, il faut procéder à l’habillage de la trappe. L’artisan met en place sur la trappe des panneaux isolants dédiés. Il veille également à souffler de la laine autour de cette trappe. Dans cette zone, l’épaisseur et la résistance thermique doivent respecter les mêmes critères que sur le reste des combles soit R ≥ 7 m²K/W.

L’isolation des combles perdus par soufflage est alors terminée. Le professionnel RGE s’assure de la qualité du travail réalisé, et prête notamment attention à la régularité du matelas de laine soufflé sur le sol des combles. Pour justifier des matériaux utilisés et du volume d’isolant posé, les étiquettes des sacs de laine doivent être conservées et accrochées à la trappe d’accès.

La technique de la laine déroulée dans les combles perdus

Une autre technique peut être utilisée afin d’isoler les combles perdus. Il s’agit ici d’isoler les combles en déroulant de la laine au sol. Le chantier d’isolation des combles par laine déroulée durera plus longtemps qu’une isolation de la toiture par soufflage. De fait, cette technique est donc plus onéreuse. Afin de conjuguer gratuité (ou tarifs exceptionnels) et qualité de l’isolation mise en place, l’isolation en déroulant de la laine dans les combles perdus n’est pas pratiquée par les artisans RGE partenaires de MesComblesGratuits.fr.


Isolation Combles Perdus Laine De Verre

MesComblesGratuits.fr vous explique les étapes de cette technique d’isolation.


Avant de procéder à cette isolation, il faut, en premier lieu, s’assurer de l’existence d’une ventilation et vérifier que toutes les ouvertures sur l’extérieur soient grillagées. Cela permet d’éviter que les rongeurs ou autres animaux ne s’introduisent dans les combles une fois ceux-ci isolés. De plus, comme pour l’isolation par soufflage, le sol des combles doit être en bon état et notamment ne pas présenter de traces d’humidité.
Enfin, afin de s’assurer de l’adhérence de la « membrane d’étanchéité » et de la laine à dérouler, il est important de retirer la poussière présente sur le bas des murs. Cela est réalisé en procédant au brossage des murs. Enfin, les combles dans leur ensemble, notamment le sol, doivent être nettoyés. En les dépoussiérant, cela permet d’obtenir une surface plane et donc de meilleures conditions de pose.

L’artisan commence alors par installer une membrane d’étanchéité à l’air. Celle-ci se présente sous la forme d’un rouleau. Il faut la dérouler, d’un mur à l’autre, de sorte à recouvrir l’intégralité de la surface au sol des combles perdus. La membrane d’étanchéité à l’air doit dépasser de 10 cm sur chacune des parois. Comme pour l’isolation, il faut commencer par la zone la plus éloignée de la trappe d’accès et revenir progressivement vers la trappe d’accès. Toutes les couches de membranes doivent être jointes les unes aux autres au moyen d’un adhésif dédié. De même, contre l’ensemble des parois des combles il faut apposer un mastic afin de bien coller la membrane aux murs. Ces deux méthodes conjuguées permettent de garantir l’étanchéité à l’air.

L’artisan labellisé RGE peut alors commencer à dérouler la laine de verre. Il ôte délicatement le matelas de laine de son emballage de façon à ne pas couper l’isolant. Le premier rouleau de laine doit être installé dans l’angle opposé à la trappe d’accès et bien appliqué contre les parois des combles. L’isolant ainsi posé permet d’éviter les fuites de chaleur et les entrées d’air froid – les « ponts thermiques ». De la même manière, si le matelas contenu dans un rouleau d’isolant n’a pas une longueur suffisante, il conviendra d’en ajouter un morceau découpé au préalable. Cet ajout devra être dimensionné de sorte à combler sans ouverture la partie du sol des combles à isoler en plus : il doit être parfaitement calfeutré le long des parois murales. Lorsqu’un nouveau rouleau de laine doit être posé, ce dernier devra également être déroulé par l’artisan jointivement aux autres. La réalisation de ce travail permet d’assurer l’efficacité de l’isolation réalisée. Cela garantit donc que la résistance thermique est respectée de telle sorte à ce que la résistance thermique soit équivalente à R ≥ 7 m²K/W

Votre professionnel RGE a suivi toutes les étapes décrites ci-dessus ? vos combles sont bien isolés et vous commencez à économiser sur votre facture, félicitations !

MES COMBLES GRATUITS

ISOLER VOS COMBLES

0€*/m2

100% subventionné

Sous conditions de revenus

Je fais le test

11€*/m2

Prix maximum

Sans conditions de revenus

J'en profite

Les combles aménageables

Lors d’une isolation de la toiture, Il faut distinguer l’isolation des combles perdus de celle des combles habitables (chauffés). Dans ces combles dits « aménagés » ou « aménageables », il faudra isoler les rampants de la toiture. Les équipements installés sur les rampants devront avoir une résistance R ≥ 6 m²K/W. Ces critères de performance permettent de bénéficier du CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) et des primes CEE.
Il est possible d’isoler les rampants de la toiture soit par l’intérieur, soit par l’extérieur de l’habitat. La laine isolante sera posée sous forme de rouleaux ou de panneaux.


L’isolation des combles par l’intérieur

Les combles habitables ou aménageables peuvent également être isolés sous les rampants, au niveau du toit. L’isolant est alors fixé grâce à une ossature.


Il faut dans un premier temps fixer des suspentes sur les chevrons des combles. Ces suspentes permettent de répartir le poids de l’isolant et de l’habillage sur l’ensemble de la charpente. L’artisan fixe les suspentes perpendiculairement aux chevrons, d’un bout à l’autre des rampants et dans chacun des coins. Il fixera enfin des suspentes intermédiaires tous les 60 cm. Un cordeau est ensuite tiré entre ces suspentes. La taille de ces suspentes doit être choisies en fonction de l’épaisseur des panneaux isolants à installer.

Une première couche d’isolant s’insère entre les chevrons. Elle est découpée en fonction des dimensions entre deux chevrons.
Cette couche sera recouverte par une deuxième épaisseur embrochée sur les suspentes. Une rondelle permet à chaque fois de maintenir l’isolant en place.

La membrane d’étanchéité sera à son tour embrochée sur les suspentes. Elle est positionnée sur les rampants, par-dessus les couches d’isolant et déborde de 10 cm sur chacune des parois. La mise en place d’une clé sur chaque suspente permet de verrouiller toute cette isolation par l’intérieur. L’artisan appose une bande d’adhésif entre les lés de membrane d’étanchéité afin de les maintenir entre eux. Un mastic permet de coller la membrane aux parois et garantir l’étanchéité du système installé.

On appelle « fourrures » les ossatures métalliques installées pour poser des cloisons. Ces fourrures sont clipsées sur les clés des suspentes. Par-dessus les couches d’isolant, l’artisan vient alors visser des plaques de plâtre, les « parements ». Il commence par poser une première plaque dans l’angle, contre les fourrures, et la visse. Ces plaques permettent de camoufler l’isolant afin de protéger l’aspect visuel et esthétique des combles. Il ne reste plus qu’à habiller les combles avec une finition ou une peinture suivant vos goûts ! Les combles sont dorénavant isolés et peuvent être habités !

Le sarking ou isolation des combles par l’extérieur.

L’isolation des combles par l’extérieur est plus onéreuse que par l’intérieur car elle nécessite un « détuilage » ou « Déliteaunage ». Isoler mes combles par l’extérieur est en effet environ trois fois plus cher que de procéder à une isolation par l’intérieur. Cette méthode est donc à privilégier si vous procédez au ravalement de la toiture de votre logement ou si vous êtes en train de construire votre habitation. Elle présente néanmoins l’avantage de ne pas avoir d’impact sur les volumes de vos combles aménageables. Ainsi, l’espace des combles est préservé et peut être optimisé et les charpentes (ou poutres) peuvent y être laissées apparentes. De plus, l’isolation des combles par l’extérieur est particulièrement efficace pour pallier les variations climatiques – et leur impact sur le chauffage ou la ventilation d’une maison et, donc, la facture d’électricité.


Cette technique d’isolation des combles par l’extérieur est également appelée « sarking » ou « isolation continue ».


Comment ça marche ? Concrètement, il s’agit pour l’artisan de venir poser une couche de panneaux isolants entre le toit et la maison.


Tout d’abord, l’artisan « dépose » la toiture. Tout ce qui constitue le toit de la maison est donc retiré de façon à laisser la charpente apparente. On y applique d’abord un système de voligeage. Une membrane d’étanchéité à l’air ou « pare-vapeur » est ensuite appliquée. Puis, deux couches de panneaux isolants sont posées au-dessus de la charpente des combles. La première couche est à base de bois isolé. La deuxième couche est constituée par un autre isolant. L’idéal est de choisir un matériau éco-performant qui viendra répondre aux besoins d’isolation thermique mais également acoustique et phonique. Des chevrons viennent ensuite fixer ces panneaux. Enfin, la toiture est réinstallée par-dessus les couches d’isolant. Les combles sont alors isolés par l’extérieur !


Comment isoler sa toiture-terrasse ?

On appelle toit-terrasse une toiture dont la pente est inférieure à 5% (au-dessus, c'est une toiture inclinée). Il n’y a donc pas de « combles » dans les habitations équipées d’une toiture-terrasse.


La toiture-terrasse se compose de quatre éléments de base :
• L’élément porteur
• Le support d’étanchéité
• Le revêtement d’étanchéité
• La protection d’étanchéité


A ces éléments s’ajoutent des ouvrages spécifiques :
• L’isolation thermique
• L’écran pare-vapeur
• L’acrotère : muret en bord de toiture situé dans le prolongement de la façade qui sert d’appui au relevé d’étanchéité


L’isolation et l’étanchéité de la toiture doivent faire l’objet d’une garantie décennale. C’est la raison pour laquelle il faut faire appel à un professionnel qualifié pour intervenir sur l’isolation des toitures terrasses. Pour cette isolation, les matériaux isolants utilisés devront avoir une résistance R ≥ 4,5 m²K/W. Ainsi vos travaux sont éligibles à la prime CEE, au Crédit d’Impôt pour la transition énergétique et à l’Eco-Prêt à Taux-Zéro. Vous pourrez donc bénéficier de tarifs privilégiés auprès d’artisans RGE. À noter : l’isolation de la toiture-terrasse se fait impérativement par l’extérieur. Il n’est pas recommandé de l’isoler par l’intérieur en apposant un isolant contre le plafond du dernier étage de votre maison. Cette méthode est à proscrire absolument !
C’est avec une connaissance globale du marché de l’isolation et accompagné de professionnels RGE que Mes Combles Gratuits vous permet d’isoler efficacement vos combles perdus gratuitement, sous conditions d’éligibilité.

MES COMBLES GRATUITS

ISOLER VOS COMBLES

0€*/m2

100% subventionné

Sous conditions de revenus

Je fais le test

11€*/m2

Prix maximum

Sans conditions de revenus

J'en profite